[fr] La lutte des travailleurs immigrés à Nardò

Contexte

L’état économique de l’agriculture italienne n’est pas très diffèrent de celui du reste de l’Europe. La très forte décroissance du prix payé aux agriculteurs pour leurs produits a provoqué une crise endémique qui avance depuis plusieurs années, et qui devient encore plus insoutenable à cause de la croissance du prix de l’essence et des engrais. L’une des conséquences de cette crise globale est l’émigration des plus de 1000 travailleurs, qui viennent en Italie pour travailler en tant qu’ouvriers agricoles, notamment des pays du Nord et du sud de l’Afrique, de l’Est Européen et du sud de l’Asie. Les conditions de travail sont souvent horribles. Etant donné que les travailleurs agricoles se déplacent suivant les récoltes saisonnières, plusieurs d’entre eux vivent dans des champs qui manquent souvent de toilettes, d’eau potable et d’électricité. À cette situation, s’ajoute le fait qu’ils peuvent facilement devenir la cible et la source du profit des petites et grandes organisations criminelles dans tout le territoire national.
Dans le sud de l’Italie, la récolte des tomates et des melons est un moment de la saison très important pour les profits de l’économie légale et illégale. Le « caporal » est, dans cette situation, la figure la plus importante ; il a le pouvoir (illégal) de prélever les travailleurs tous les jours pour les emmener aux champs et, pour ce “service”, il exige un pourcentage sur leur salaire. Cette figure est reconnue par les propriétaires terriers et souvent elle est imposée par une organisation mafieuse. Les migrants se trouvent ainsi à faire face à un double chantage: ils ne peuvent pas avoir une position régulière en Italie et, donc, être enregistrés en tant que saisonniers ; ils sont des travailleurs au noir, et à cause de cela ils sont forcés d’accepter des rémunérations nettement inférieures au minimum salariale de l’Union Européenne.

Les luttes

Quand les luttes commencèrent, la situation à Nardò (un petit centre agricole situé dans Les Pouilles, une région au sud-est de l’Italie) était fortement critique. Les travailleurs ne gagnaient que 4 euro à l’heure, comparé à un minimum salariale de 6-10 euros, sans compter qu’ils étaient sous pression continue pour produire plus. Le 31 Juillet 2011, un groupe de 40 travailleurs commence une grève qui immédiatement implique la plus part des migrants de la communauté. Il s’agit de la première grève spontanée et complètement autogérée par les ouvriers saisonniers immigrés en Italie.
La grève a continué pendant treize jours; au même temps les Brigades de Solidarité Active (Brigate di Solidarietà Attiva), un réseau de volontaires pour l’auto organisation populaire, se prodiguaient pour créer une caisse de solidarité pour les travailleurs en soutiens de leurs luttes. Les Brigades ont monté un campement et y sont resté jusqu’à l’été 2010, avec le but d’établir une liaison avec les immigrés et pour leur fournir assistance légale et matérielle. Selon les Brigades, cette confiance construite entre les activistes italiens et les travailleurs, a aidé à développer la grève du 2011.
Comme résultat, ils ont obtenu par les autorités locales l’engagement à garantir le transport des ouvriers à travers les champs pour l’été 2012, et l’établissement d’une liste officielle qui aurait dû permettre une négociation directe avec les propriétaires, sans la médiation des caporaux. De plus le gouvernement national à promulgué une loi qui aurait sévèrement punis les caporaux, et pas simplement avec une amende. Mais cela, pour les travailleurs immigrés, est encore loin d’être suffisant.

Sources en italien :
http://brigatesolidarietaattiva.blogspot.com/p/ingaggiami-contro-il-lavoro-nero-campo.html
http://www.meltingpot.org/articolo16913.html
http://www.altreconomia.it/site/fr_contenuto_detail.php?intId=2917

2 Responses to [fr] La lutte des travailleurs immigrés à Nardò

  1. Alpha KEITA says:

    Merci BRIGATE DI SOLIDARIETà ATTIVA

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s