[fr] [Traduction] Appel des familles des activistes NoTav arrêtés pour terrorisme

Vous avez entendu parler d’eux ces dernières semaines. Ce sont ceux qui ont été arrêtés le 9 décembre et qui sont accusés (mais l’accusation reste toute à démontrer) d’avoir attaqué le chantier Tav à Chiomonte. Au cours de l’attaque, un compresseur a été endommagé et personne n’a été blessé. Toutefois, l’accusation de terrorisme est justifiée selon eux parce que “dans ce contexte-là” et avec leurs actions présumées “ils auraient pu” semer la panique dans la population et causer un grand dommage à l’Italie. Quel type de dommage? Un préjudice d’image. Répétons-le encore : un préjudice d’image. L’ accusation est fondée sur le potentiel de ces conduites-là mais, étant donné que le délit de terrorisme par imprudence n’existe pas dans notre système judiciaire, le chef d’accusation porte sur terrorisme réel et volontaire. Pour mettre les choses au clair, ce type de terrorisme nous rappelle spontanément les massacres des années ‘70 et ’80, les bombes dans les trains et sur les places et, plus récemment, dans les aéroports, les métros, les gratte-ciel. Le terrorisme contre des personnes inconscientes, qui tuait et qui terrorisait toute la population. Bien au contraire, nos fils, frères, sœurs ont toujours respecté la vie des autres.

 

Ce sont des personnes généreuses, ils ont des idées, ils veulent un monde meilleur et ils luttent pour l’avoir. Ils se sont battus contre toute sorte de racisme, en dénonçant les horreurs dans le Cie (Centres d’identification et expulsion de migrants), et dont aujourd’hui on s’indigne, bien avant que les médias et l’opinion publique les découvrent. Ils ont crée des espaces et des moments pour se débattre. Ils ont choisi de défendre la vie d’un territoire, pas d’en terroriser la population. Tous les habitants du Val Susa vous le confirmeront, comme ils continuent de le faire sur leurs sites. Est-ce que c’est cette population qui est terrorisée ? Et, est-ce qu’un compresseur incendié peut causer un grand dommage à l’Italie ?

Les personnes arrêtées payent les conséquences d’un Pays en perte de crédibilité. Et voilà que ces mêmes personnes deviennent soudainement des terroristes pour un préjudice d’image, avec des peines aussi lourdes que ceux qui ont tué ou qui voulaient tuer. C’est un franchissement inacceptable dans une démocratie. Si cette thèse l’emportait, à partir de demain quiconque contestera un choix qui vient d’en haut pourra être accusé des mêmes choses parce que, en théorie, il pourrait porter préjudice à l’image du Pays, il pourrait être accusé de porter, potentiellement, un préjudice d’image. C’est la liberté de tous qui est en danger. Et la liberté n’est pas chose acquise.

Pour le délit de terrorisme les assignations à domicile ne sont pas prévues mais la détention en régime de haute sécurité qui comporte l’isolement carcérale, deux heures de promenade par jour, quatre heures d’entretiens par mois. Toutes les lettres, contrôlées, envoyées au Parquet, enregistrées, arrivent à eux et à nous avec une lenteur désespérante, quand elles arrivent. A présent, ils ont étés transférés dans une autre prison de haute surveillance, loin de leur ville d’origine. Une distance qui les éloigne encore plus de leurs familles et des personnes qui leurs sont chères, sans compter les continuelles vexations comme la suspension des entretiens, l’interdiction des rencontres et, parfois, l’isolement total. Tout ça bien avant même le début d’un procès, parce qu’ils sont “dangereux” à cause d’un interprétation de la loi qui ne correspond pas à la réalité des faits.

Cette lettre est adressée :

Aux journaux, aux télévisions, aux médias, pour qu’ils recouvrent leur devoir d’informer, pour qu’il considèrent tous les aspects, pour qu’ils trouvent le courage de s’indigner face au paradoxe d’une personne qui risque d’être très durement condamnée non pas pour avoir tué quelqu’un mais parce que, selon l’accusation, elle aurait endommagé une machine ou aurait été présente au moment des faits.

Aux intellectuels, pour qu’ils fassent entendre leurs voix, pour qu’ils agissent avant que notre Pays devienne un lieu invivable, où ceux qui s’opposent, ceux qui pensent que les grands travaux doivent servir aux citoyens et non pas à ramasser de l’argent de l’UE, soit considérés comme une richesse et pas comme des terroristes.

À toute la société et notamment aux familles comme les nôtres qui sont en train d’élever nos fils – avec beaucoup de préoccupation et de difficulté – dans ce Pays, en leur apprenant à ne pas détourner le regarde, à rester près de ceux qui sont dans le vrai et qui ont besoin de nous.

Merci.

Les familles de Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò

 

La lutte des No-TAV dans la Val de Suse

Brève histoire du projet TAV Turin-Lyon et de ses opposants

About Struggles in Italy

We strive to give an international echo to Italian social movements and to promote information and awareness in languages other than Italian. Twitter: @StrugglesItaly Facebook: Struggles In Italy
This entry was posted in [fr] and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s