[fr] Un militant syndicaliste sauvagement agressé à Milan

Thanks to LabourStart for this translation. Here the original article in English. 

Le mardi 14 Janvier, dans le nord de Milan, le syndicaliste Fabio Zerbini a été sauvagement battu par deux hommes soupçonnés d’être liés au crime organisé italien.

Fabio Zerbini est coordinateur pour le SI Cobas, un syndicat de base actif dans la logistique et le secteur des entrepôts. Quelques jours auparavant, il avait trouvé un rétroviseur extérieur de sa voiture cassée. Une note a été laissé sur son pare-brise avec des excuses et un numéro de téléphone à appeler pour organiser une réunion pour le dédommager. C’est à ce rendez-vous que deux hommes l’ont sauvagement attaqué, l’un d’eux disant: « Si les travailleurs continuent à faire grève et nous casser les couilles, vous allez en payer le prix ». L’agression de la semaine dernière est une escalade de la violence des attaques contre le syndicat. Fulvio di Giorgio, un autre coordonnateur SI Cobas, a déclaré: « Nous avions l’habitude de pneus crevés ou de voitures brûlées, mais ils ne sont jamais allés jusqu’à un véritable passage à tabac ».

Avant l’agression, Fabio avait été impliqué dans plusieurs conflits de travail, il est difficile de comprendre auquel les hommes faisaient allusion. Par exemple, il fut impliqué dans la grève de 80 travailleurs à l’entrepôt Kuehne-Nagel à Santa Cristina à la mi-décembre, où les travailleurs ont gagné la reconnaissance syndicale et le respect des conditions fixées dans le contrat national (ainsi que le retrait de quatre licenciements pour des motifs politiques). De même, dans un entrepôt Carrefour juste en dehors de Milan, la société Serim a été forcée à reconnaître le syndicat et d’entamer des discussions avec les travailleurs.

Dans cette attaque, cependant, beaucoup soupçonnent fortement l’implication de la mafia. Un système d’exploitation règne sur la ceinture industrielle dans le nord de l’Italie d’où les entrepreneurs tirent profit, entrepreneurs qui sont parfois entre les mains du crime organisé. Une enquête en 2011 a conduit à la mise sous séquestre de six branches de TNT suite à la découverte que les services étaient confiés à une section de la Ndrangheta (une organisation criminelle de Calabre, dans le sud de l’Italie). Et en 2009, par exemple, Marcello Paparo, un homme d’affaires également lié à la Ndrangetha, a été arrêté pour, entre autres infractions, blessures volontaires sur un travailleur d’un des entrepôts de son consortium, « un syndicaliste qui a créé des problèmes ».

L’attaque a empêché à Fabio d’assister à une assemblée de travailleurs à Santa Cristina, mais une autre réunion sur les luttes dans la logistique et le secteur de l’entrepôt a été organisée pour le 19 Janvier. Comme ​​SI Cobas l’écrit dans son communiqué de presse, «Nous ne les laisserons pas nous intimider ».

About Struggles in Italy

We strive to give an international echo to Italian social movements and to promote information and awareness in languages other than Italian. Twitter: @StrugglesItaly Facebook: Struggles In Italy
This entry was posted in [fr] and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s